Un regard sur le monde

Voyager et nous faire voyager en nous invitant à entendre le monde dans lequel nous vivons, pourrait être le credo de l’artiste que je me propose aujourd’hui de vous présenter.

Si Claude Bouvier, artiste plasticien résidant dans le Cap Sizun (Finistère) se présente comme un simple citoyen du monde, c’est précisément dans celui-ci qu’il forge son imaginaire autant que dans ses voyages et ses rencontres humaines riches en diversités.

Rien étonnant donc que cette nouvelle exposition proposée par l’artiste, intitulée « Voyages et diversités », soit à l’image du personnage et de son travail.

Artiste iconoclaste l’homme tire de l’actualité du moment son inspiration créatrice. Presse écrite, évènements du monde, faits de sociétés sont les ingrédients quotidiens de celui qui réalise chaque jours une ou deux peintures de petit format (20 cm x 20cm), car l’actualité du monde reste avant tout l’axe central de ses compositions.

A l’image d’un patchwork ou d’une mosaïque byzantine, ses peintures seront assemblées au fil du temps pour former une fresque narrative de plusieurs mètres de long.

Tel un moucharabieh à travers lequel il décrirait le monde, Claude Bouvier nous entraîne comme le ferait un conteur des mille et une nuits dans son univers kaléidoscopique.

Si vos pas vous mènent cet été dans ce petit bout du monde du Finistère situé en Pays bigouden, ne manquez pas de faire le détour vers la chapelle St Alour sur la commune de Tréguennec. Vous y rencontrerez l’artiste et ses œuvres.

Exposition ouverte du 8 juillet au 7 août, du jeudi au dimanche de 16h à 19h

Une entreprise originale (3)

En breton les “ribines” sont ces petits chemins de traverse que l’on emprunte parfois pour contourner une difficulté, prendre un raccourci ou simplement faire durer le plaisir du voyage.

C’est certainement ce qui a motivé ce collectif de 4 jeunes passionnés par le travail du bois pour créer un atelier atypique répondant au nom de “Ateliers Les Ribines”.
Conjuguant leurs savoir-faire autant que leurs talents, ces quatre jeunes (Chloé Juglard, Alban Dussin, Pierre Gréaume et Thomas Keller), âgés de 21 à 31 ans, viennent d’horizons professionnels différents : formation d’architecte, comédien-musicien, menuisier-ébéniste, originaire de Suisse, de Belgique ou de France, et déjà grands voyageurs.

Tous se sont rencontrés lors d’une formation de charpentier naval aux chantiers de l’Enfer de Douarnenez durant la période difficile de Covid 2020-2021.

De cette riche expérience professionnelle et humaine est née une amitié et une solidarité forte qui s’est traduite par un projet original : conjuguer leurs énergies pour créer leur propre “entreprise” en concevant et réalisant des productions atypiques, de l’aménagement intérieur, au travail sur mesure, en bois ou en matériaux de recyclage.

Mais comment s’y prendre lorsque l’on est jeune, sans beaucoup de moyens financiers sinon la richesse de sa jeunesse et comme seul bagage une caisse à outils ?
A n’en pas douter l’enthousiasme permettrait aux âmes bien nées de franchir des montagnes. Déjà quelques donateurs, sensibilisés par leur démarche, leurs ont léguer quelques machines outils et des matériaux de constructions. Un exemple de soutien qui peut être encouragé par ceux qui liront cet article.

C’est aux Ateliers Jean Moulin qu’un jour d’automne 2021 je faisais la rencontre de cette équipe attachante qui semble déjà avoir un plan de charge et de solides projets qui restent à concrétiser.

Un bel exemple à suivre. L’avenir appartient à ceux qui savent se retrousser les manches.

Bon vent à ce bel équipage !