Octobre

Brunes couleurs d’automne
Aux fruits amers d’Octobre
Feuilles mortes pour linceuls
Ô innocentes victimes
Des vanités de l’homme
Ou de ses ignorances
Chassons vite ce brun
De nos mémoires meurtries
Pour retrouver enfin,
Le chemin du silence

La liberté d’un pré vert
Et le doux parfum
De sa poésie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les Feuilles Mortes », Octobre, la privation des Libertés, autant de thématiques chères à Jacques Prévert, qui m’ont conduit, ce jeudi 29 octobre 2020, à faire une dernière balade en forêt, avant de me confiner avec quelques lectures inspirantes …

Mots passants

Une dame aux souliers rouges se dandine
Un vieil homme faisant la moue passe
Au loin, long filet de sable, la plage
Un garçonnet  parle à son chien
Un sac de chez Paul vole
Le train de Paris-Brest
Klaxonne
Un gilet jaune à vélo rit
Un vieux couple par la main se traîne
Arrive une trottinette bleue, tenue en laisse
Trois pivoines écarlates, en hyperhidrose, suent
Un perroquet vert s’ennuie, prisonnier de sa cage rose
Un tatoué noir sur un banc fait des pompes, et moi, j’attends

Pèlerinage en bonne compagnie

Il faisait beau samedi 19 septembre 2020, sur la pointe bretonne tournée vers l’océan.
Juste un petit brouillard, tel un écrin feutré ou mer et ciel se confondent dans une douceur automnale.
Notre jeune guide rayonnait de plaisir à nous raconter la mer, cette mer fascinante du bout du monde, balayée au rythme des marées, toujours changeante, imprévue et si souvent meurtrière.
L’Enez Sun était bondé, plus une place de libre. Les derniers touristes de la saison estivale, parfois grincheux, fébriles à l’idée de côtoyer l’enfer, s’agglutinaient masqués le long du bastingage, comme par crainte que le graal ne leur échappe. La quiétude des lieux laissait place un instant à l’excitation irraisonnée de nos temps, dits modernes.

Au passage du Raz de Sein, encore hanté de nos jours par les récits d’Anatole le Braz aux accents d’improbables vérités, les photographes d’un jour se bousculaient, pour immortaliser les phares moribonds, de la Vieille, de Tévennec et un peu plus tard de l’Armen.

Ainsi va le monde turbulent des humains, assoiffés de sensations fortes et de frénétiques désirs de toucher les étoiles.

A chacun son Taj Mahal. Pour certains, cela sera peut être la Mecque, les chemins de Compostelle, Saint-Pierre de Rome,  les pentes du Tibet ou, pour les plus  inspirés, un village Amish, perdu au fin fond d’une campagne de Nouvelle Angleterre.
Pour moi, ce sera simplement et toujours mes endroits préférés. Ceux de Tévennec, de l’île de Sein  et l’Armen, où j’aime à revenir, loin des paradis terrestres des eaux chaudes de Polynésie et des inaccessibles terres qui nous sont si souvent promises.

Merci à vous Lorraine, notre guide du jour, pour cette belle prestation explicative sur la route des phares. Vos commentaires étaient tout simplement justes, poétiques, enthousiastes et plaisants à entendre, à écouter, religieusement, en fermant les yeux.
J’ai été très heureux de partager avec vous ces anecdotes concernant la vie de ceux qui furent mes aïeux gardiens de phares à Tévennec ou l’Armen. Cet arrière grand-père Allain Marie Ropart emporté par une lame sur le rocher de Tévennec, le 30 octobre 1908, soit deux jours après la naissance, sur le paisible caillou de l’ile de Sein, de la petite Yvonne qui vécue 85 ans, trompant ainsi les sinistres présages des esprits littéraires de l’époque, assoiffés de tragédies.

Car les historiens se trompent parfois en bâtissant leurs études sur des récits romanesques, tel l’extrait que vous avez lu, inspiré très probablement du roman de Louis le Cunff, « Feux de mer » dont je serais heureux de vous transmettre une copie, afin de que vous puissiez le comparer aux documents que je possède sur les circonstances des tragiques évènements familiaux.
Rassurez-vous je ne suis en rien fâché de ces inexactitudes. Vous me sembliez tellement investie dans votre exposé, celui d’une brillante conférencière, que le vieillard que je deviens chaque jour davantage était tout simplement heureux de partager quelques anecdotes intimes avec votre rayonnante jeunesse.

L’Homme a besoin de sensations fortes pour marquer son esprit … comme cette pauvre vache dont je me demande bien ce qu’elle pouvait brouter sur ce rocher maudit. Je ne pense pas un seul instant que la petite Yvonne y remplit un jour un seul de ses biberons de lait.Merci encore chère Lorraine pour ces agréables moments d’échange et cette belle balade en souvenir de mes aïeux. Transmettez aussi aux organisateurs de la Penn Ar Bed mes félicitations pour cette initiative originale de promenade commentée à l’occasion de cette Journée du Patrimoine 2020. Et à vous même, mes encouragements à continuer de découvrir le beau patrimoine maritime humain, si riche du passé de ces anciens qui furent les gardiens de nos vies.

Sur la route du retour, un dauphin me salua au passage, pèlerin des eaux d’Iroise, imperturbable ange des mers, compagnon de route des âmes errantes de la Baie des Trépassés.
A bientôt pour un prochain billet …