Insolite travail de mémoire

Je n’affectionne pas particulièrement de me promener dans les cimetières mais je dois dire que pour méditer, ces endroits, s’ils recèlent parfois de belles pépites, sont aussi révélateurs de bien curieuses surprises …

Loin du célèbre cimetière parisien du “Père Lachaise”, un petit cimetière de bord de mer, dont je tairai le nom pour respecter la quiétude de ses pensionnaires, m’a laissé un sentiment étrange sur le concept même du “devoir de mémoire”.

Les deux photos que je présente dans cet article, ont été prises à plusieurs années d’intervalle. Sur la première, prise en 2005 j’avais été ému par le caractère particulièrement touchant de l’épitaphe, au point de vouloir l’immortaliser par une photographie.

Epitaphe (2)

Quelques années plus tard, retournant au même endroit, j’ai eu la surprise de constater qu’une partie du texte était effacé. Certes les années ont passé depuis 1733 et si l’usure du temps, compréhensible en 2021 a eu raison des inscriptions, difficile d’imaginer qu’une moitié de l’épitaphe ait pu disparaître par simple volonté météorologique.
Epitaphe (1)

Le Printemps de Poètes

Le Mois de mars est, comme chaque année, consacré à la poésie. Nous en avons tant besoin en ces périodes troublées.Du 13 au 29 mars, la 23 ème édition du “Printemps de Poètes” met le “Désir” à l’honneur.

Désir d’évasion, désir de sorties, désir de ne plus avoir à se cacher, désir de restaurants, d’aller au bistrot, au ciné, au théâtre, désir de ne plus sortir masqué, désir de revoir ses amis, ses enfants, ses petits enfants, désir de Liberté, de voir des sourires, de vivre, tout simplement …

Alors la meilleure évasion n’est-elle pas la lecture, l’écriture et un peu de créativité ?
La poésie n’est pas l’apanage des intellectuels, des artistes, c’est avant tout un état d’esprit qui libère et permet de sourire à la vie.
Pour Albert Einstein, “L’imagination était plus importante que la connaissance” alors libérons l’imaginaire et avançons enfin vers la voie du Désir…

C’est probablement ce qu’avaient compris mes jeunes voisins, sans qu’un adulte eut besoin de leur expliquer. Ce matin, en allant relever mon courrier, dans la boite à lettres, j’ai trouvé deux émouvants messages coloriés …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour une fois pas de facture, pas de publicité, mais un peu de cette chaleur innocente qui m’éloigne de ce monde en folie. Mon imaginaire, qui en ces temps de pandémie avait tendance à s’engourdir, s’en est trouvé fortifié …

Alors j’ai troqué ma boite à lettres, pour une boite à sourires…