Tévennec, l’enfer vu du ciel

Si j’avais, par le passé, édité quelques billets sur Tévennec, l’île de Sein et d’autres phares peu singuliers, cet article vient en conclusion d’une histoire originale, celle des phares bretons du début du XXème siècle.

They-c

Chapelle St They à la pointe du Van – C’est toujours un spectacle différent.

Sein-b

Ile de Sein – Un temps le « quart de la France » parait-il.

Sein-c

Partie ouest de l’île de Sein … au loin, dans la brume, invisible, la roche Ar Men, puis l’Amérique.

Transmettre la mémoire des anciens, hommes et femmes discrets qui ne choisissaient pas toujours leur métier de gardien de phares par passion mais pour faire vivre une famille ou simplement survivre.
Car la vie dans les phares dans les années 1900-1930 n’était pas une sinécure. Et si parfois certains romanciers ou journalistes de l’époque y allaient de leur plume pour décrire ce monde tourmenté, que certains prétendaient bien connaître, la dureté de vie des gardiens et de leurs familles dépassait la fiction.
Sein-dPaysages mille fois contemplés, tantôt sublimés, tantôt hantés, la lumière en baie des Trépassés – ce nom, à lui, seul est évocateur des lieux – est si changeante que chaque passage me laisse un lot de photographies qui raniment toujours en moi, le souvenir d’histoires familières.

Helico-Tev -b

Phare de la Vieille

Aujourd’hui Tévennec est promis à d’autres destinées. Là où jadis l’homme trimait dur jusqu’à parfois le sacrifice suprême,  pour donner à manger à une famille et veiller sur la sécurité des marins, cette petite maison, sur son rocher, devient l’enjeux de distractions plus légères.

Tevennec-d

Maison de phare de Tévennec . Mémoire à Alain Marie Ropart, gardien intérimaire noyé le 31 octobre 1908. Henri, son fils ainé, sera le dernier gardien jusqu’en 1910 date à partir de laquelle le phare sera automatisé.

Dans ces phares, désormais automatisés et où la présence humaine permanente n’est plus justifiée, nos contemporains, assoiffés de sensations fortes, prendront peut-être plaisir à venir se réfugier, le temps de goûter aux frayeurs d’un passé révolu, dont ils restent nostalgiques.

Une vidéo à la mémoire des gardiens phares, à celle des Ropart

A bientôt, pour un prochain billet …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.