Et si demain …

Confinement oblige nous sommes à présent nombreux sur la planète à n’avoir que nos téléphones et nos ordinateurs pour ne pas être totalement coupés du monde.
Aujourd’hui pas de photo sur cette page de blog mais une petite divagation “urbi et orbi”.
Loin de moi l’idée de donner des conseils, simplement partager la réflexion qui aujourd’hui est la mienne sur ces outils qui nous offrent certains plaisirs d’évasion.

Télétravail, visioconférences, jamais je le pense nos réseaux internationaux de communications n’ont été autant sollicités. Dans pareil cas, notre vigilance informatique, focalisée sur la pandémie sanitaire que nous vivons, a tendance à baisser un peu la garde rendant de ce fait nos ordinateurs et téléphones à leur tour un peu plus vulnérables aux virus et arnaques.

Je garde un mauvais souvenir, après la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986, d’un virus informatique éponyme qui se manifesta pour la première fois le 26 avril 1998 et avait fait  le tour du monde, se propageant à la vitesse de la lumière et mettant en péril de nombreuses entreprises autant que les ordinateurs des particuliers. Des milliers de systèmes informatiques se trouvaient alors à l’arrêt, car infectés. Les conséquences, si elles ne sont pas directement vitales pour l’individu peuvent l’être par les effets collatéraux qu’elles occasionnent en terme de pertes de données importantes d’exploitation, allant jusqu’à la survie de l’entreprise.

Je me souviens aussi des longues procédures qu’il avait fallu mettre en œuvre pour gérer les systèmes informatiques avant le passage à l’an 2000. Gouverner c’est prévoir parait-il, les informaticiens l’avaient compris et c’est probablement pour cela que la bascule s’est faite sans véritablement de grands problèmes.

Aux tous débuts de l’apparition de ce que l’on appelait “virus” en langage informatique, dans les années 1970-80,  peu de personnes prenaient au sérieux ce nouveau phénomène considéré alors comme une petite “grippette”. A cette époque, même dans le monde de l’entreprise, la fonction de chasseur de virus n’était pas considérée comme très gratifiante car toute mesure de prudence comporte un certain nombre de contraintes dont peu d’hommes sur terre aiment à s’astreindre, on le vérifie bien encore aujourd’hui avec les règles de confinement qui nous sont imposées.

Aujourd’hui, dans plusieurs parties de notre territoire, en plus d’être confrontés à lutter contre le Covid-19, certains de nos concitoyens sont privés d’accès à internet car habitants des zônes blanches ou en panne de réseau. Les conséquences sont cruciales pour ces personnes : plus de cours à distance pour les enfants, plus de gestions de stocks pour les petits commerces, plus de possibilité de télé-consultation médicale, d’accès aux soins, plus de messageries,  etc …La double peine en quelque sorte.

De l’expérience de pandémie inédite dans l’histoire de l’humanité que nous vivons aujourd’hui, puisqu’elle concerne toute la planète, nos gouvernants empêtrés dans la gestion de situations d’urgences doivent se pencher déjà sur l’après et sur les raisons qui fracturent depuis si longtemps nos sociétés.
Après avoir supprimé tant d’emplois dans le monde, bien souvent au nom du profit sous couvert de rentabilité, avoir misé toute une économie mondiale sur le numérique, en supprimant des emplois d’infirmiers et de médecins dans les hôpitaux, de postiers dans les services publiques et de proximité, en nous obligeant à ouvrir des comptes en ligne pour tous nos services du quotidien, et en réduisant de ce fait la vie des citoyens à un dialogue entre eux-mêmes et une machine, que sera le monde de demain ?

Que sera notre univers de future personne âgée, si en plus des dégradations de ces facultés mémorielles qui nous guettent naturellement du fait de notre âge vieillissant nous n’avons plus aucun échange avec le monde réel des vivants ? La situation que vivent nos personnes âgées aujourd’hui dans leurs EHPAD est de ce point de vue édifiante.

Que resterait-il enfin de cette “intelligence” dite artificielle si demain un virus informatique se propageait à grande échelle sur nos réseaux ?
L’occasion du confinement aura certainement sur la réflexion des décideurs le bien fait de l’analyse et de l’introspection, un retour à la base de l’intelligence humaine, le simple bon sens. J’observe déjà que depuis plusieurs jours, les appels téléphoniques publicitaires non sollicités se sont un peu calmés. Mais aussi que les réseaux dits sociaux s’enflamment de manière déraisonnable. Des chaînes nous invitant à débrider notre imaginaire fleurissent d’inconnus devenant soudainement nos amis. Les gestes barrières que nous adoptons les rares fois où l’on s’autorise à sortir masqué nous font oublier que la toile internet a aussi ses dangers et que là également les gestes barrières sont vite oubliés.
Alors un rappel est nécessaire si l’on ne veut pas qu’un jour, en plus d’être confinés, nous ne soyons même plus en capacité de rêver d’une liberté retrouvée.

– En sauvegardant régulièrement nos données et fichiers nous évitons de perdre les photos et les souvenirs qui nous sont chers.
– En ne répondant pas à des mails de provenance inconnues surtout s’ils nous invitent à cliquer sur des liens et à les relayer, nous limitons leur propagation.
– Enfin, en faisant des mises à jours régulières de notre antivirus et en profitant surtout du temps libre que nous avons à présent pour bien en comprendre le fonctionnement, nous protégeons nos derniers outils de liberté.

Pour vivre heureux, vivons peut-être un peu plus confinés.

3 réflexions au sujet de « Et si demain … »

  1. Bonjour Paul,

    Merci pour ton intéressante réflexion sur cette période si troublée et étrange que nous vivons.

    Je ne suis pas charmée de voir arriver la pluie, même si elle est en adéquation avec la tristesse de la situation.

    Tu as peut-être vu passer cet article concernant l’île de Groix, où vit ton fils et sa famille. C’est plus visible encore sur une île mais ici aussi on a vu s’ouvrir les volets fermés, au début du confinement d’abord et aux week-end de Pâques ensuite.

    Bon lundi de Pâques à toi. Bien amicalement,

    Danielle

    https://www.francebleu.fr/infos/societe/coronavirus-le-maire-de-groix-en-colere-pour-non-respect-du-confinement-par-des-touristes-1586687981

    >

    • Merci Danielle pour cette info. Oui nous vivons une drôle d’époque. Cela me manque aussi de ne pouvoir aller à Plouhinec mais il faut bien se raisonner. Nous apprécierons d’autant plus le moment où les interdictions seront levées. Heureusement je peux voir les petits par skype de temps à autre même si les liaisons téléphoniques sont parfois chaotiques … Profite bien des petits ruisseaux et ribines car les gendarmes semblent bien s’a

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.