Le génome des “Isolés” (2)

Il est des destins tragiques qui donnent à certaines vies de bien inattendues trajectoires. Si je connaissais, bien sûr, les circonstances qui avaient menées mon grand-père Daniel à devenir gardien de phare, je n’avais jusqu’à ce jour jamais fait de sérieuses investigations pour trouver une trace écrite des évènements qui allaient conduire à sa nomination à Armen.

En dehors de son dossier administratif, aux annotations lacunaires, j’avais lu de nombreux ouvrages sur les phares dont « Feux de mer », écrit par Louis Le Cunff,  par lequel adolescent j’apprenais la fin tragique de l’arrière grand-père sur le caillou de Tévennec, un sombre jour d’octobre 1908.
Bien que romancé, ce document deviendra probablement pour moi le sésame qui m’incitera à entrer dans cet univers si particulier des phares du bout du monde.

Aujourd’hui, le confinement aux accents monastiques aura eu comme vertu de me plonger dans les archives de la presse ancienne, que la BNF vient de mettre, pour quelques jours, à disposition des demandeurs durant cette période singulière de Covid-19. A cette occasion j’ai pu découvrir quelques faits marquants de la vie à Armen dans les années 1921 à 1924, qui témoignent que ces endroits étaient loin d’être des lieux de villégiatures pour romantiques en manque de sensations fortes.

Dans un article de presse « Le Petit Provençal » du 25 janvier 1921, l’écrivain et journaliste André Négis écrit un papier remarquable intitulé « Carnet d’un grincheux » dont voici le texte retranscrit :Un fait divers de trois lignes, mêlé aux informations télégraphiques du jour :
Brest, 22 janvier (1921). Le gardien de phare d’Armen, M. Sébastien Plouzennec, qui vivait en plein océan depuis quatorze ans, a été enlevé par une lame.
Mort tragique et sublime que celle de cet homme qui après avoir vécu quatorze années en face de l’océan breton, est un jour emporté par lui comme un lutteur qui ayant longtemps résisté au monstre est finalement vaincu.
Alphonse Daudet qui, avec deux mots recueillis de la bouche d’un vieux matelot, nous conta l’agonie de la Sémillante, nous a montré aussi la vie des gardiens de phares. C’est un rude métier. Il n’a presque rien d’humain.
On prend un homme, on l’arrache à la société, au mouvement, à la vie et on le jette sur un rocher. Désormais il restera là, surveillant sa lanterne, supprimé du monde des vivants. Si la mort ne le frappe pas, une nuit en pleine veille, la mer le guette et la tempête l’emportera comme une proie.
Et il y a des hommes pour accepter cette vie qui est une demi-mort, il y a des hommes pour jouer les Prométhée à bas prix. Cela devrait nous faire réfléchir nous qui nous plaignons que le voisin du dessus fait du bruit en marchant, nous qui nous plaignons que notre rue n’est pas bien éclairée.
Quand vous serez chez vous le soir au coin du feu, les pieds dans vos pantoufles, assis dans un bon fauteuil, ou quand vous serez au théâtre parmi les lumières et les femmes en toilettes, songez à la mort du gardien de phare Sébastien Plouzennec.
Ce pauvre diable s’en est allé sans bruit, au bout de quatorze ans de dialogue muet avec la « gueuse ; il a glissé comme une feuille de varech dans le grand océan où flottent tant d’hommes de sa race.
Sa disparition a causé un tout petit vide que l’administration bouchera en remplaçant sur les registres un nom par un autre. Il n’aura même pas de funérailles, et sans l’agence Havas, nous ignorerions qu’il a vécu sur son phare – et qu’il y est mort.  –André Négis-

Rares en effet sont les hommages rendus aux vies de ces hommes de l’ombre et dont le métier paradoxalement était d’éclairer la route des autres pour leur assurer la sécurité.

Grâce à l’action médiatique de cette tragédie, un constat cruel fut fait de cet accident : la plate-forme d’entrée du phare ne possédait pas le moindre élément de sécurité.
Aucune protection comme on peut le voir sur cette carte postale probablement prise à une période proche des années 1920.
Pas de garde-corps, pas la moindre rambarde à laquelle le malheureux gardien aurait pu s’accrocher et peut-être ainsi échapper à la mort. Il s’en est allé, avec une lame sourde, balayé  comme une simple feuille morte.

Mais déjà l’administration n’a qu’une idée en tête, remplacer au plus vite le pauvre gardien.
La suite de l’histoire …
Le génome des « Isolés » (1)

2 réflexions au sujet de « Le génome des “Isolés” (2) »

  1. Merci Paul ! d’avoir fait resurgir des archives cet article étonnant qui fait chaud au cœur ! Et merci à André Négis ! J’ignorais qu’à une époque la plateforme (nous on disait le plateau) de l’Armen ait été aussi dangereux. Mais ce n’est pas étonnant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.