Louisiane (5)- Baton Rouge

  Baton-Rouge-Mississipi

Bien que considérée par plusieurs guides touristiques comme ville sans grand intérêt, je ne pouvais passer sous silence la capitale de l’État de Louisiane.
J’y ai trouvé matière à prendre quelques photos du sommet du « Louisiana State Capitol », gratte-ciel de 137m qui abrite le Gouvernement de l’Etat. Du 27ème étage, accessible au public, on peut avoir une vue superbe sur le Mississippi, la ville et ses environs, peuplés de 600 000habitants.

Baton-Rouge-City-Hall

Ville administrative et industrielle, Baton Rouge sera également le point de départ pour la visite des plantations en empruntant la route mythique du Blues qui nous conduira jusqu’à Natchez.

Les origines du nom de Baton Rouge viendraient des indiens Bayougoulas et Houmas dont les tribus se partageaient le territoire, démarqué par un cyprès enduit de sang lors des sacrifices rituels.

La ville de Baton Rouge fut fondée par une colonie française dans les années 1720.

Passant successivement sous contrôle Anglais, Espagnol, elle deviendra définitivement américaine après la guerre de sécession, puis définitivement capitale de la Louisiane en 1882.

Huey P.Long, gouverneur controversé, qui sera assassiné en 1935, après la grande crise de 1929, laissera son empreinte dans la cité en faisant construire ce gigantesque édifice.

Baton-Rouge-HallComme dans beaucoup de bâtiments d’États, chargés de leurs fonctions de représentants du peuple, (ici la chambre du Sénat), le faste décoratif contraste avec l’austérité extérieure des architectures de gratte-ciels.

A l’opposé du Hall d’entrée, se trouve une salle similaire, la chambre des députés.

Baton Rouge, ville industrielle liée au pétrole, mais pas que …

  Baton-Rouge-Petrole

Probablement que l’attrait touristique de la cité est quelques peu occulté par une présence industrielle très dense.

Cependant, cette grande agglomération, qui fut l’une des premières grandes villes du sud à avoir une université ouverte aux étudiants noirs, possède avec son Musée d’Etat (Louisana State Museum) un lieu très intéressant pour comprendre la culture de ces terres de Louisiane au passé douloureux.

« Louisiana State Museum », incontournable âme Créole.

Ce musée, ouvert gratuitement au public, ce qui est à noter dans un pays où le dollar est roi, est un lieu pédagogique très bien pensé pour qui veut s’intéresser à l’Histoire, celle du commerce triangulaire, de l’esclavage, des luttes pour les droits civiques, dont on célèbre aujourd’hui, cinquante années plus tard, l’historique discours de Martin Luther King, « I have a dream« , prononcé le 28 août 1963 au pied du Lincoln Memorial de Washington

Un étage complet pour comprendre la musique.

Ici tous les courants musicaux si particuliers à cette région des Etats-Unis sont expliqués, documentés et replacés dans leurs contextes historiques, sociologiques.

Du Gospel, à l’histoire du Carnaval, en passant par les instruments de musique, le blues, le jazz, le zydeco, la musique cajuns, le bluegrass, rien ne manque tant la diversité musicale du pays est riche , car en Louisiane il n’y a pas de vie sans musique.

Je vous livre ici quelques clés de lecture avant d’entrer lors d’un prochain billet, dans le monde des plantations.

Le chant « a capella »
C’est la musique primitive, celle qui exprime la souffrance au travail, celle qui apporte un peu de courage, chantée dans les plantations, les prisons lorsque que la parole reste la seule liberté. Elle est à l’origine du Blues

Musique Cajun et musique créole
Ces styles de musiques, classées musiques traditionnelles, sont des combinaisons de musique folklorique de l’Ouest de la France (terre d’origine des Acadiens), un mélange de chants folkloriques Afro-Caribbean, African American Blues, Guitare espagnole, Accordéon German/Austrian. Cette musique des années 20 est une musique rurale (house dances and dancehalls) – commercialisée comme musique Créole, prédécesseur de la musique Zydeco.

 Zydeco
Musique hybride aux tonalités syncopées, mélange de musique Afro-Caraïbe, Cajun, Ryhm and Blues, Rock et Country. Plus récemment elle intègre des influences hip-hop et reggae. Zydeco est une musique dansée par les noirs créoles de langue française, du sud-ouest de la Louisiane. Le terme « zydeco » viendrait de la phrase « les haricots sont pas salés » faisant référence à une période où les personnes ne pouvaient plus se payer du sel pour assaisonner leurs aliments.

Cette expression, fut pour la première fois enregistrée à la Librairie du Congrès en 1934 puis utilisée pour décrire la musique de Clarence Garlow  en 1949: « Bon ton roulet ».

Pour voir l’article précédent « Lousiane (4)- De Lafayette à Lapeyrouse«  cliquer ici.

Prochaine étape Natchez, porte du Blues

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.