Un jour, l’Amoco Cadiz

En ce triste mois anniversaire, je viens d’exhumer de mes archives argentiques, quelques souvenirs photographiques.
C’était un jour de mars 1978, le 16 exactement. Une odeur nauséabonde se propageait sur le Finistère tandis qu’un pétrolier insolent déversait ses 220000 tonnes de pétrole brut sur les côtes de Portsall.
Il est des jours où l’homme se sent seul face à l’irréparable.
Spectacle de désolation à la tombée de la nuit pour assister impuissant à l’une des catastrophes maritimes et écologiques des plus importantes de cette fin de siècle … Hélas, l’Homme avide de profits ne semble toujours pas tirer les leçons de la pollution et lorsque les télévisions du monde accourent pour couvrir l’évènement, les peuples de « petites mains » doivent inlassablement retrousser leurs manches pour continuer à faire vivre leurs beaux pays.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et pendant ce temps là, le pétrole continue à se déverser. Les compagnies pétrolières continueront encore, de longues années, à polluer les mers et les océans, en toute impunité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.