Courage, fuyons

En pays bigouden, un jour de vraies vacances

Comme en 40
Les loups sont entrés dans Paris

Chantait jadis Serge Reggiani
Fuyant la capitale pour le paradis
Telle fut leur réponse, face à la pandémie.
Chimérique route des vacances
La guerre, encore la guerre
Tel est l’Homme et sa conscience.

Je me souviens de ces images d’après guerre lorsque j’étais enfant. Des files d’attente et des tickets de rationnements. Des heures peu glorieuses où l’on devait faire la queue et se taire, face à la puissance des spéculateurs. Aujourd’hui les magasins sont, pour le moment bien remplis, mais les yeux des hommes sont comme ceux des loups, pas encore assez grands…