André Moulin, un pionnier.

Cet article est un hommage à André Moulin,
Initiateur d’un projet singulier et co-fondateur de l’association Tv Résidences de Brest.
Avec le centième numéro de “Chemins de traverse”, diffusé sur la chaîne de télévision locale TéBéo, André aurait fêté ses 71 ans.

 

Ce pionnier des images télévisées locales aura consacré une grande partie de sa vie à faire rayonner l’image des seniors de la pointe bretonne, à travers leurs histoires de vies.
Natif de la presqu’île de Crozon, c’est à Brest qu’il posa ses valises au moment d’entrer dans la vie active. Cuisinier, ayant été formé à l’hôtel Ritz de Paris, c’est à la résidence pour personnes âgées de Kerlenévez, qu’il partagea le quotidien de ses aînés en apportant, à travers les repas qu’il confectionnait, une attention dévouée à leurs bien-être.
Passionné de photographie, doué d’un imaginaire fécond, ce vidéaste éclairé, magicien à ses heures, doublé de grandes qualités de communicant, eut un jour l’idée de génie, en recueillant les témoignages des anciens de la maison de retraite, de les faire participer à une aventure extraordinaire. Réalisant ainsi ses premiers reportages qui devaient être partagés par la suite avec la collectivité via le réseau câblé de la résidence, le premier journal télévisé dédié et réalisé par des seniors venait ainsi de voir le jour.
Très vite ce remarquable tour de magicien impressionna la direction de la résidence, les élus locaux et les services dédiés au 3ème âge. Les progrès des techniques permettront plus tard de faire évoluer le concept, par le biais des extensions du réseau câblé du quartier de la ville de Brest. Devant l’ampleur et la singularité du projet, les presses locales, nationales et même internationales s’empareront alors du sujet, permettant à André d’obtenir une reconnaissance méritée.
Ainsi est née l’association Tv Résidences. André s’entoura alors d’une équipe de retraités vidéastes bénévoles pour les prises de vues, mais également du service d’un jeune homme diplômé d’audiovisuel pour mettre en forme les montages dont la technicité nécessitait un regard très professionnel. Ce travail de réalisateur/monteur fut confié à Mickaël Mouzin qui devenait salarié de l’Association.
Par sa jeunesse et sa grande compétence à s’adapter aux nouvelles technologies, désormais omniprésentes au sein de l’entreprise audiovisuelle, Mickaël assurait seul toutes les tâches techniques annexes aux montages.

Mickaël aux commandes du premier banc de montage

Compétent en dépannage informatique, en migrations logicielles et en gestion du réseau autant qu’en formation des retraités cadreurs aux évolutions des matériels vidéo, Mickaël était l’homme de la situation qui, comme souvent dans ce type d’entreprise, travaillait dans l’ombre du Maître. De cette collaboration d’excellence formée par le tandem indissociable  André/Mickaël allait naître une fructueuse complicité. Il se dit même dans l’équipe actuelle que Mickaël était devenu au fil du temps le fils spirituel d’André. Pas étonnant donc que la qualité du travail fourni par l’équipe sera très vite reconnue sur la place de Brest.

Lorsque la ville de Brest abandonna le réseau câblé, devenu désuet au regard de l’évolution technique de diffusions des nouveaux médias, c’est naturellement que la chaîne de télévision locale Tébéo proposa à l’Association Tv Résidences un partenariat en diffusant chaque mois sur ses antennes un magazine de 36 minutes baptisé
“Chemins de Traverse”, dont nous célébrons ce mois-ci le 100ème numéro.

Avec le décès de son fondateur, la cessation d’activité professionnelle de Mickaël, et la baisse drastique des aides financières des partenaires institutionnels qui jusqu’ici permettaient à Tv Résidences de garantir la rémunération de son unique salarié(e), l’équipe d’une dizaine de bénévoles se questionne et continue cependant à alimenter avec la même ferveur le magazine mensuel.
Désormais sous la direction transitoire de Gérard Castel et avec Julie François comme salariée aux commandes de la partie réalisation/montage, l’équipe se tourne vers les partenaires financiers et le grand public pour lancer un appel à soutien car leurs craintes de voir les baisses d’aides financières hypothéquer l’avenir de cette belle initiative sont hélas réelles.
A un moment où les politiques réfléchissent sur les problèmes de dépendance liés à l’âge et à la place des seniors dans nos sociétés, privilégiant souvent celle des jeunes actifs, l’exemple prôné discrètement par l’Association Tv Résidences devrait être mieux soutenue, mieux reconnue.
Gageons pour nos anciens qu’ils voient encore longtemps la vie en rose, car pour le moment ils la voient plutôt en jaune.

Mais place aux images. Silence on tourne ….

Il écrivait : “Indignez-vous”

Vidéo

Je venais de terminer la lecture du livre de Stéphane Hessel au titre évocateur de « Indignez-vous« . Quelques temps auparavant je me souvenais d’avoir filmé, avec des moyens rustiques, la Chorale “Peuple et Chansons” de Brest.
C’était en 2013, salle Mac-Orlan. Durant quelques saisons j’avais participé aux travaux de cette chorale car je trouvais son répertoire riche de beaux messages humanistes, dont le plus important, à mes yeux, la dignité.

J’avais alors immortalisé cette belle chanson de Jean Ferrat, pour la qualité de son interprétation, mais aussi pour la sensibilité de son texte.
Aujourd’hui Jean Ferrat, Stéphane Hessel et tant d’autres, connus ou inconnus ne sont plus là pour nous rappeler que « vivre » reste le plus bel objectif de l’être humain, et que l’indignation est un bel outil pour se motiver.

Puisse cette belle chanson, continuer à nous inspirer pour vaincre nos difficultés, qu’elles soient individuelles, intimes ou collectives.


Dans quelques jours les équipes de TV Résidences, une fois encore, immortaliseront par l’image le travail de cette chorale.  Alors je vous propose un petit retour en arrière pour vous donner un avant-goût de l’émotion qui vous attend et l’envie d’assister au concert. On puise toujours l’énergie dans l’émotion, quand celle-ci rassemble.

Hier, à la manifestation contre l’antisémitisme, devant la mairie de Brest place de la Liberté, comme dans de nombreuses villes de France, plusieurs choristes de « Peuple et Chansons » étaient là. Ils ont interprété “Nuit et brouillard”.
L’émotion était palpable. Il était tard et j’avais froid, ils m’ont réchauffés.

Prochain concert le Samedi 9 mars 2019 à 20h
Salle Mac-Orlan – Brest

Eugène, dernier sabotier

La vie serait-elle, comme l’eau d’une rivière qui coule et que rien ne peut arrêter si ce n’est l’ultime plongeon dans l’océan, de l’éternité ?

Aujourd’hui une fois encore, hélas, je perds un compagnon de route, laissant ma frêle embarcation voguer au gré d’une navigation chancelante et de plus en plus solitaire.
Il est des personnalités qui marquent vos destinées, vous inspirent et vous motivent dans vos choix de vie, dans vos projets. Ces rencontres qui vous apaisent autant que ces absences qui vous pèsent.
J’avais fait la connaissance d’Eugène il y a bien longtemps, au siècle dernier, quelque part en Auvergne, sur une route jadis empruntée par les Compagnons du Tour de France, à l’esprit d’un terroir désert et pourtant si proche de celui des landes de ma Bretagne profonde. L’homme me parlait avec passion de son métier de sabotier, il était de ces artisans qui vivait au rythme de la nature. Avait appris le métier de son père, lui-même sabotier. Le bois, ce matériau qui même mort, me disait-il,  reste encore étrangement vivant.
Je l’avais ensuite rencontré à de nombreuses reprises, il m’accompagnait dans mes songes de projets « boiseux », guidait ma main hésitante lorsque ma gouge effleurait l’aubier. Jamais avare d’explications, toujours prêt à montrer, à partager. La transmission des savoirs-faire reste encore de nos jours pour le vrai manuel, la plus belle image de ce que l’ouvrier appelle “la connaissance”.
A mon tour, jamais rassasié d’images, l’objectif de mon appareil photo aimait à le regarder travailler. Scrutant en silence, le moindre de ses gestes pour capturer les secrets de sa dextérité. Ecoutant le tranchant de l’outil, respirant le copeau d’une essence enivrante. Silence. Oui, la photographie et l’image restent, je le pense, les meilleurs alliées de l’homme pour immortaliser la beauté du geste, l’intelligence de la main, face à l’éternité.
Que ces images voguent encore longtemps dans l’océan immatériel d’internet pour semer et transmettre simplement ce jardin du souvenir, celui de mes jours heureux.