Courage, fuyons

En pays bigouden, un jour de vraies vacances

Comme en 40
Les loups sont entrés dans Paris

Chantait jadis Serge Reggiani
Fuyant la capitale pour le paradis
Telle fut leur réponse, face à la pandémie.
Chimérique route des vacances
La guerre, encore la guerre
Tel est l’Homme et sa conscience.

Je me souviens de ces images d’après guerre lorsque j’étais enfant. Des files d’attente et des tickets de rationnements. Des heures peu glorieuses où l’on devait faire la queue et se taire, face à la puissance des spéculateurs. Aujourd’hui les magasins sont, pour le moment bien remplis, mais les yeux des hommes sont comme ceux des loups, pas encore assez grands…

Une histoire de flair …

Tout est question de patience et de flair cependant, car le Capiste a du nez.
(Pour les touristes, un Capiste est un habitant du Cap Sizun)

C’est un roc, c’est un pic, c’est une péninsule !
Que dis-je, c’est un Capiste !

Mais que se cache-t-il derrière ce nouveau message ?
Vous avez peut-être une idée ?

 

 

Bouteille à la mer (2)

Quelques jours plus tard, de retour sur cette petite plage St Julien…
L’été aura du mal à s’imposer cette année, car il fait encore frais pour la saison.
Par chance, ce soir il fait plutôt bon, le ciel est dégagé, tout semble paisible comme au moment où la nature va se mettre en veille, les oiseaux font silence. La nuit s’annonce.

Je n’avais pas encore dîné, mais qu’importe, car plus personne ne m’attend. J’aime à venir flâner sur les quais en ces fins de soirées, pour le simple plaisir de sentir l’atmosphère du port qui s’endort. Seuls quelques pêcheurs attardés rentrent du raz de sein, rapportant à la criée leurs prises du jour. Il est toujours agréable de voir accoster leurs puissantes embarcations et admirer les bars fraichement pêchés. L’imaginaire fait alors le reste. Souvent ces hommes solitaires sont de grands taiseux. Inutile de les questionner. A quoi bon. Ils rentrent fourbus de leurs dures journées et n’ont qu’un souhait rentrer au plus vite au bercail, pour demain repartir de plus belle. J’ai pour eux et le métier qu’ils exercent, avec une si grande passion, une profonde admiration.

Mais ce soir je suis poussé par l’envie de faire quelques pas sur la plage.
Qu’il est agréable de se sentir seul au monde en marchant sur le sable d’une plage déserte. Je mesure ce luxe en imaginant les embouteillages que certains de mes compatriotes subissent en ce moment dans les grandes métropoles. Un vrai sentiment de plénitude que j’aurais tant aimé partager avec celle qui, il y a quelques mois encore, partageait mes promenades.

Je passe donc devant le mémorial des “Péris en mer” et comme à chaque fois, j’éprouve une pensée pour ceux qui ne reviendront jamais. Un peu plus haut, telle une sentinelle surplombant la colline, la petite église garde l’entrée du port. Plus loin, face à ce môle du Raoulic, tant de fois arpenté, le petit cimetière marin où s’endorment une fois encore leurs éternels locataires, bercés par le murmure des vagues et les derniers clapots du soir.

Je surplombe l’entrée de la plage et descend la cale aux vieux pavés usés qui vient en pente douce araser le sable fin mouillé. En face, la passerelle des Capucins semble se diluer dans un halo de brume naissante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon regard est soudain attiré par un point brillant à la surface de l’eau. Se dandinant à la surface du miroir, flottant comme un bouchon, une bouteille à la forme d’une quille de bowling que je devine être de Perrier, semble tranquillement attendre qu’on la prenne. Je n’aurais pas beaucoup d’effort à faire pour y parvenir. Juste à mouiller l’une de mes chaussures. Surprise. Elle semble contenir quelque chose. Le verre transparent laisse apparaitre une feuille de papier enroulé, proprement maintenue par un élastique. Une bouteille à la mer. Une vraie cette fois, avec un message. Incrédule rencontre que je ne peux partager avec personne puisque je suis seul. Je pose cette bouteille sur le rebord de la cale et reste un instant sans bouger. Mon histoire du “Souffleur” ,entremêlée avec celle du Bugaled Breizh, remonte à ma mémoire. Improbable rencontre en ce lieu si singulier, où il y a quelques années j’avais inventé une histoire pour la raconter à mes petits enfants en leur expliquant le pourquoi d’une bouteille errant à la surface de l’eau et le rôle de ce monument, à la mémoire des disparus en mer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La capsule de la bouteille bien fermée, avait rendu l’habitacle étanche. Je retire avec précaution le billet. Comme un gamin tirant avec délicatesse l’anneau d’un billet de loterie de kermesse, je retire l’élastique…

Farce d’adolescent ou vrai message posté par des jeunes mariés ? Je ne le saurais jamais. Encore un de ces mystères auxquels la petite plage St Julien m’aura habitué. La ville d’Ys n’est pas loin, avec elle tous mes souvenirs de lectures d’enfance, s’entrelacent avec les récits de mes ainés. La mer a tellement de secrets.
Un simple regret car je commençais à avoir faim. Mes hôtes ne m’avaient pas laissé leur coordonnées. Dommage. J’aurais tant aimé faire une bise à la mariée. Qu’importe, il est temps de rentrer, alors bon vent à Madeleine et et à son cavalier.