Etonnants voyageurs

Solitude,
Étrange chemin pour unique compagne
Parsemé d’ombres et de lumières
De silences, d’odeurs figées
D’images d’ailleurs, de rires d’enfants
Un oiseau migrateur passe dans le ciel
Le monde lui appartient
Son chemin est sans borne
Poussé par je ne sais quelles forces invisibles
Il scrute cette terre fertile
Où tant d’hommes se déchirent
Le silence de son vol apaise mes pensées
Dis Papy, c’est quoi un acide aminé ?