Athènes (1)- Escapade grecque

Quelques jours à Athènes, berceau de la démocratie européenne.
Juste durée pour nous imprégner de l’ambiance actuelle de la capitale Grecque, morose comme dans beaucoup de capitales d’un monde redevenu turbulent, mais aussi porteuse d’optimisme car si trop de calme annonce souvent la tempête, le pire étant toujours à craindre, la pluie finira bien par cesser sur les Grecs et le beau temps à s’imposer de nouveau, ainsi va le rythme du temps.
Contrastée donc aura été notre immersion dans la capitale Hellénique qui, à l’image des civilisations disparues, a su produire tant d’esprits éclairés de sciences et philosophie et dont nous sommes aujourd’hui de bien ingrats héritiers.

Choix binaire s’il en est, au moment d’un vote britannique en faveur d’un Brexit, la nouvelle équation que la Grèce pose au reste de l’Europe vient donc peut-être, une fois encore, des collines de l’Acropole où ces deux photos se sont imposées à mon regard comme le témoignage d’une pensée binaire, hautement philosophique.Entrance  Exit

Trop de lumières rendent les puissants d’aujourd’hui aveugles aux malheurs du monde. Illuminés par la certitude de leurs croyances et leurs ordinateurs endiablés, les nouveaux Aristotes des temps modernes en oublient que le monde a commencé bien avant eux.

Ce voyage à Athènes s’imposait à nous comme un besoin de rouvrir quelques livres d’école pour relire les leçons de l’histoire que nous avions depuis trop longtemps oubliées.
Alors, au lieu de partir en voyage à Las Végas ou au British Museum de Londres, où se trouvent les plus belles pièces d’un Parthénon, jadis généreusement pillé par la perfide Albion, c’est sur les collines de l’Acropole en ruine que les anciens écoliers Gaulois, que nous sommes restés, vont revisiter leurs classiques.

Colline Acropole

L’Acropole, point d’entrée obligé sur la colline d’Athènes surplombant la ville est un vaste chantier où il semble bien que le patrimoine, pour sa conservation, subit lui aussi les affres de la crise financière.
Le nombre d’Or (1,6180) qui servit jadis à la conception architecturale de tant d’édifices prestigieux est aujourd’hui beaucoup plus utilisé dans les algorithmes de calculs bancaires ou financiers.
N’est-ce pas ce même nombre d’Or qui rend au format de notre carte bleue une esthétique si attrayante ?

Parthénon-1

Le Parthénon, partie en cours de restauration

Parthénon façade restaurée

Parthénon façade restaurée

L’argent étant le nerf de la guerre, les travaux traînent, semble-t-il, par absence régulière de financements. Quant au tarifs d’accès au site, ils fluctuent de jour en jour. De 12 €annoncés dans le Guide du Routard, édition 2016, ils sont grimpés à 20€ lors de notre passage en caisse. Par ailleurs, la volatilité des prix est ici un sport auquel il faut s’habituer, les taux de TVA n’arrêtant pas d’augmenter, chacun se débrouille comme il peut comme au temps des premiers échanges commerciaux. Nous en ferons le constat   à plusieurs reprises lors de nos excursions car derrière un bon plan se cache souvent une arnaque.
Petite satisfaction cependant pour les retraités âgés de 65 ans qui bénéficient de quelques réductions, mais pour combien de temps encore ? … Ah! ces vieux !

Athènes vue de l'Acropole

Athènes vue de l’Acropole

Propylées entrée au temple d'Athéna, porte sur le Parthénon

Propylées entrée au temple d’Athéna, porte sur le Parthénon

Temple d'Héphaïstéion au nord-ouest d'Athènes (vue du Parthénon)

Temple d’Héphaïstéion au nord-ouest d’Athènes (vue du Parthénon)

Erechthéion et les Cariatides visibles sur les colonnades de droite

Erechthéion et les Cariatides visibles sur les colonnades de droite

Théatre de Dyonisos

Théâtre de Dyonisos

Odéon d'Hérode Atticus

Odéon d’Hérode Atticus

Ces superbes sites historiques, traversés à pas de course par des millions de touristes venus du monde entier, occultent cependant une autre réalité.
Si les temples antiques peinent à rester parfois debout, à l’image des Grecs qui gardent leur belle dignité, la crise est cependant palpable et nos regards ne peuvent rester indifférents aux nombreux autres vestiges, plus récents ceux-là, aux allures d’Hôtels des sacrifices, imposés par une mondialisation arrogante.

Temple des temps modernes

Temple des temps modernes

A bientôt pour la suite du voyage …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.