Dans les pas du Dr Laënnec (2)

Il ne s’agit pas, avec cette série d’articles, de faire un travail exhaustif sur la vie et les travaux scientifiques du médecin. Pour mémoire, rappelons que le Dr Laënnec était né à Quimper en 1781 et qu’il repose dans le petit cimetière de Ploaré près de Douarnenez, où il avait sa propriété.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est précisément à Douarnenez que, très jeune, s’acheva sa vie en 1826. Il avait 45 ans.

Cette dernière date et ce lieu sont importants à retenir pour comprendre ce qui suit.

Pratiquant le tournage sur bois depuis quelques décennies, je décidais, après de multiples recherches documentaires sur le premier instrument réalisé en 1818, d’en fabriquer un exemplaire à l’identique, dans les conditions techniques proches de celles qu’avait pu connaître son inventeur.
Très vite, en voyant le premier modèle, dont les schémas étaient disponibles dans les publications médicales de Laënnec sur l’auscultation, (voir article précédent), je me suis interrogé sur la véracité de la réalisation du premier instrument par Laënnec lui-même. Non pas que je doutais des capacités d’un médecin à faire du tournage sur bois, ce serait de ma part bien irrévérencieux, mais ma longue pratique sur la chose me rendait perplexe.
En effet, dans la publication qu’il fera en 1819, en présentant son premier stéthoscope, le schéma faisait état d’un modèle à tenon vissé.
Il faut avoir un peu de pratique manuelle sur le tournage pour se rendre compte combien, pour un homme qui n’est pas du métier, il était difficile, à l’époque, de faire un filetage au tour à bois sans être doté d’un matériel extrêmement performant. Ceci ne retirant en rien à l’inventeur les mérites de l’invention, il était logique que je m’interroge sur la question. D’autant plus que, quelques années plus tard, en 1826 devait être présenté un second exemplaire, plus simple à réaliser, car muni d’un tenon lisse, donc non fileté.
Ce modèle n’ayant pas de caractéristiques de performances supplémentaires, je me questionnais : « Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué ? »

J’émettais alors l’hypothèse que le médecin, dont on ne peut contester qu’il soit à l’origine de l’invention, avait dû se faire aider par un homme de l’art pour réaliser son premier instrument. Toujours par hypothèse, j’imaginais que c’était du côté de Douarnenez qu’il fallait chercher à résoudre la question… Vous suivez toujours ?

(La suite au prochain épisode)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.