Inde (2)- Dada Group, on the road.

Panneau-signalisationL’Inde, pays sans repère pour un occidental formé à la pensée cartésienne, l’Inde mystique avec ses multiples croyances, ses castes et ses codes de couleurs, ses animaux sacrés, ses diverses facettes, a de quoi dérouter celui qui s’y aventure sans guide. Et ce ne sont pas les panneaux souvent écrits en 4 langues, hindi, anglais, sikh et arabe qui rassureront les plus téméraires.

DadaNotre guide, répondant au doux pseudonyme  de “Dada”, le vieux cheval comme il aime à nous le rappeler, s’avèrera être un talentueux comédien, doué d’un humour et d’une maîtrise de la langue de Molière qu’il pratique avec subtilité.
Très vite ce professionnel de l’organisation deviendra pour nous un compagnon de voyage facilitant l’intégration de chacun des membres du groupe en une petite communauté où le maître mot devait très vite devenir synonyme de convivialité.

AssistantL’assistant chauffeur, un jeune indien timide et réservé, toujours impeccablement habillé, souriant et courtois, qui fut durant notre séjour disponible, prêt à veiller discrètement sur notre confort et la sécurité de nos biens. Chargeant, déchargeant, chaque matin et soir plus d’une trentaine de valises dont il prenait le plus grand soin.

Chauffeur

Le chauffeur de car, homme calme à l’allure d’un sherpa népalais sera notre homme de confiance. Et nous en aurons souvent besoin de sa confiance, tant les habitudes de conduites ici sont éloignées de celles de notre pays. Conduite à gauche bien sûr, héritage britannique oblige, mais aussi routes étroites, mal entretenues. Quant au code de la route, il semble ne pas être la première des préoccupations des conducteurs, ni des piétons indiens. L’essentiel étant de passer, en se faufilant dans les embouteillages, en surfant entre les animaux, les véhicules venus d’une autre planète, le tout dans un concert de klaxonnes bruyants et peu mélodieux.

Route-animaux-2

Route-1

Route-dromadaire

Tuc-tuc

Route-animaux-3

Triporteur

Ces quelques photos, prises le plus souvent dans de mauvaises conditions, à travers les vitres du car, illustrent bien l’ambiance générale de nos longs déplacements entre sites visités.
Cette page est spécialement dédiée à nos accompagnateurs, principaux artisans de la réussite du voyage. Qu’ils en soient ici remerciés.
Dans quelques jours la suite du voyage …

Précédents billets sur le même thème

 

Inde (1)– Couleurs du Rajasthan

A peine revenu de ce séjour passionnant et sans attendre de faire le tri de toutes les photos engrangées, poussé par cette volonté irrésistible de prolonger le voyage, je vous propose de partager, à travers une série de nouveaux billets, un regard personnel sur les rencontres et les lieux découverts.Vol-Delhi

Arrivés à Delhi vers minuit, le 22 novembre 2015, nous sommes tout de suite frappés par l’atmosphère étouffante et polluée de la Capitale Indienne, métropole de 22 millions d’habitants. Mon premier reflexe étant de nettoyer les verres de mes lunettes que je pensais embués. C’est la sensation que je retiendrai de ce premier contact avec la terre indienne.

Capture-Voyage-1Pour le reste, nous n’aurons pas beaucoup le temps de profiter des superbes chambres d’hôtel qui nous avaient été réservées pour cette première nuit. Avec un réveil dès 6 heures du matin sonna le départ de la première étape de notre circuit  :
Delhi-Mandawa – 23/11/15


Les autres étapes  :
Bikaner,Jodhpur,Khejarla,
Pushkar,Jaipur,Amber,
Fatehpur Sikri et pour finir, Agra avec son célèbre Taj Mahal.

Nous amorcerons donc notre voyage en bus par la province quasi désertique de Shekhawati, traversant de multiples villages, ce qui nous mettra vite dans l’ambiance d’un dépaysement garanti.Velo

Femmes

Pour cette première journée, 7 heures de routes, parfois chaotiques pour une distance de 275 km.
Au luxe des hôtels que nous fréquenterons et des sites touristiques que nous visiterons au cours de ce périple, notre regard sera souvent confronté à la réalité parfois dérangeante d’une extrême pauvreté. Portrait-1

Mon plaisir de photographe sera alors souvent contrarié par le dilemme du respect des sujets photographiés et l’envie d’en partager les images.
La misère est aussi tellement présente que je n’ai souhaité mettre dans ces pages que les photos qui ne présentent, à mes yeux, qu’un intérêt esthétique qui va dans le sens de valoriser le sujet, sans le dégrader.
Si certaines scènes de rue témoignent d’une grande précarité je me suis donné comme règle de ne pas accentuer le coté déplaisant des situations.

J’ai cependant été très surpris de voir spontanément les personnes venir me demander de les photographier, en me serrant la main, sans rien me réclamer en échange.

Sourires-enfants

Quand aux sourires rayonnants, ils semblent être de bons remèdes pour affronter la dureté de l’existence. C’est peut-être, avec l’esprit zen des habitants ce qui se voit, en premier, des fondements de la philosophique enseignée par Gandhi.

Que mes compagnons de voyage ne soient pas déroutés si dans les prochains billets je ne respecte pas à la lettre la chronologie exacte, jour par jour des lieux visités.
A chaque voyageur un regard différent. Pour ma part, j’ai volontairement privilégié quelques choix thématiques qui me sont chers à travers des regards furtivement échangés et les découvertes des lieux qui m’ont le plus marqués. Voilà en préambule l’approche que je vous propose pour vous raconter ma perception du voyage.
Les tous prochains billets seront moins verbeux mais plus imagés, c’est promis.

Equipe-voyage1

Le « Dada Groupe » en visite

Une pensée à ceux qui ont repris depuis ce matin le chemin du labeur. Alors, pour que les jours prochains soient plus légers, prolongeons encore ensemble si vous le voulez bien ce rêve indien. Le voyage ne fera que continuer …

A très bientôt, pour la suite des prochains billets.