Un bel oiseau, au doux nom de Phoenix

Renaître de ses cendres, comme l’oiseau de l’Egypte ancienne, quelle belle métaphore pour une si belle idée.
Il est parfois des chemins que l’on emprunte et qui vous font rencontrer d’agréables initiatives. Probablement qu’en ce jour maussade de janvier mon regard n’aurait pas eu la même acuité si je ne m’étais pas arrêté un instant, en traversant cette petite place du vieux quartier de Recouvrance, de Brest, et pris le temps de lire sur un panneau discret, l’histoire de cette cabane insolite.
Faite de bric et de broc, j’avais imaginé dans un premier temps que cette construction rustique avait pu être réalisée par des enfants, à moins qu’elle ne le fut par des habitants du quartier eux-mêmes, désireux de se retrouver après une partie de boules ou une petite fête entre voisins.
Car le lieu s’y prête bien, comme dans ces petites places de villages où, entouré de quelques bancs, à l’ombre des platanes, un bistrot éphémère invite à la convivialité, inspirée par la nonchalance des longues soirées d’été.

En guise d’enseigne, une planche peinte en bleu, me propose cependant un autre regard, une autre lecture : “La boîte à dons Phoenix”.
D’un naturel curieux, je prends alors le temps de lire le panneau explicatif qui me laisse alors pensif autant qu’admiratif. Nous connaissons ces “boîtes à lire”, lieux de dépôts de livres ou chacun peut se servir et alimenter de la même façon son plaisir du partage, mais ici, il s’agit de toute autre chose. Chacun peut y déposer vêtements, ustensiles de cuisine ou tout objet dont il n’a plus usage, pour simplement les donner à ceux qui peuvent en avoir simplement besoin. A l’heure où tout se marchande et où le profit reste la clé maîtresse d’un système économique, cette initiative solidaire à de quoi être saluée.

En discutant avec une personne âgée venue voir s’il y avait de quoi la satisfaire, je me suis vite rendu à l’évidence que le lieu fonctionne plutôt bien.
Quand au nom donné à cette cabane à dons, son histoire est aussi révélatrice des différentes lectures que le passant pourra se faire du concept. Si à l’évidence, cette cabane, qui avait été stupidement brulée, a pu renaitre de ses cendres, c’est grâce à la détermination altruiste de ses initiateurs, soucieux de réaffirmer qu’un principe de fraternité et de liberté d’entreprendre ne peut s’effacer devant la bêtise humaine.Pour ma part le symbole du Phoenix résonne aujourd’hui chez moi d’un écho plus intime. S’il est des départs injustes qui vous laissent dans la douleur de vous séparer d’objets devenus pour vous inutiles, par le geste de les donner plutôt que de les détruire, ils peuvent encore servir et renaître de leurs cendres, pour la beauté apaisante du geste autant que pour le plaisir secret de leur offrir simplement, une nouvelle vie.

A bientôt pour de nouvelles découvertes …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.