Brest avant Lapérouse

La fête des Rémailleurs dans le quartier de Quéliverzan a été, ce dimanche 14 avril 2013, le théâtre d’une fresque historique retraçant par quelques scènes de rues, l’atmosphère portuaire et populaire de la rive droite de la Penfeld au XVIII ème siècle.

Remparts-Queliverzan

On ne pouvait trouver meilleurs décors que les remparts de l’époque Vauban, situés aux pieds des grandes tours de la rive droite, pour évoquer le passé maritime de Brest. Ces tours, construites dès les années 50 sur des modèles architecturaux empruntés à l’Amérique sont les gratte-ciel brestois. Anachronisme entre époques lointaines et récentes qui unissent les deux continents américains et européens par delà de l’océan, car c’est bien connu des brestois, le port de Brest a souvent été le point de départ d’expéditions maritimes vers le Nouveau Monde.

Theatre-de-La-Coche

Sous l’impulsion du Théâtre de la Coche, à l’origine de la fresque historique «Brest au temps de Lapérouse » qui avait animé les fêtes des « Tonnerres de Brest 2012 », l’enthousiasme est resté intact chez les comédiens amateurs, toujours disponibles pour de nouvelles aventures théâtrales.

La machine s’est donc remise au travail et je vous propose avec ces quelques images de lever un petit voile sur les coulisses de cette nouvelle aventure, préparée dans un temps record, puisque 3 à 4 semaines de travail ont simplement été nécessaires pour réactiver la machine à peine endormie.

Training-4D’abord il y a le training, indispensable à la bonne condition physique, travail sur la voix, respiration, maîtrise de l’espace, sous le regard expert de Viviane.

Training-3  Training-2

L’entraînement est parfois si intense que certains arrivent très vite en état d’apesanteur.

Training-1

 Les costumes
Remailleurs-03 Remailleurs-Loge
La réalisation des costumes d’époque représente également un travail considérable.

Notre ami Erig Le Goff costumier émérite sera un vrai chef d’orchestre en la matière.
Styliste, historien du costume, rien ne lui échappe. Une cravate de travers, des chaussures qui ne seraient pas d’époque rien ne passe à travers le filtre de son œil intransigeant .

Les couturières, coiffeuses, habilleuses, maquilleuses font également un travail remarquable. Sans elles, les spectacles n’auraient pas le même lustre. J’ai déjà eu l’occasion dans des billets précédents de saluer leurs grandes compétences.

Le briefing
Ce qui caractérise le  théâtre de rue  c’est la nécessité pour chaque comédien de s’adapter au terrain, à la météo du moment, aux flux des passants, à la topographie du terrain. Autant de paramètres parfois surprenants, déroutants, perturbants.
Une bonne préparation du groupe est alors nécessaire et les rappels fondamentaux indispensables. Notre quartier général se trouvant à proximité, l’école primaire du quartier nous accueillera pour cette ultime étape avant le grand lâché. Fabien André, imperturbable chef de régiment, donnera ses dernières consignes.Debriefing-1 Debriefing-2

Debriefing-3

Mais fatigue passagère et trac des derniers instants seront vite balayés par l’enthousiasme communicatif.

Remailleurs-01  Remailleurs-04
Le Lycée Dupuy de Lôme
Puisque nous sommes également dans le quartier de Quéliverzan, il est bon de saluer au passage les élèves du Lycée Technique Dupuy de Lôme voisin et de rappeler qu’avec leurs collègues des Lycées Techniques Vauban et du Lycée de l’Elorn de Landerneau, ils avaient réalisé les scènes et les décors pour le Théâtre de La Coche lors des « Tonnerres de Brest 2012 »

J’aime à le rappeler car faire du théâtre c’est savoir associer de multiples compétences et il ne faut jamais perdre de vue, que pour un comédien qui se trouve sous les feux des projecteurs, il y a souvent 3 ou 4 autres artistes qui œuvrent dans l’ombre.
Elèves du Lycée Technique Dupuy de Lôme (2012) et la réalisation d’une structure scénique pour les « Tonnerres De Brest ».

Eleves-Dupuy-de-Lome  Decors-Dupuy-de-Lome1Voilà, une nouvelle fête populaire est terminée et comme notre Général en Chef, Steeve Brudey, va bientôt quitter Londres pour un retour en notre bonne cité du Ponant , après nous avoir concocté « Brest au temps de Lapérouse » puis  « Brest avant Lapérouse », je lui propose d’ores et déjà d’étudier un prochain scénario:

« Brest à la libération »

1940

Après tout, Rémailleurs et dérailleurs, çà rime bien non ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.