Brest (3)– Naissance à l’Hôpital Maritime

De sieur Antoine Laurent à Victor Ségalen, il n’y avait qu’un pas …
L’ambiance était au beau fixe dans les jardins de l’Hôpital Clermont-Tonnerre, ces samedi 20 et dimanche 21 septembre 2014 .
Le ciel s’est même mis de la partie. En l’absence de cloche dans la chapelle de l’hôpital, l’aumônier avait dû donner le bon coup de fil qui s’imposait.

Le dimanche après midi, la terrasse du milieu du jardin botanique avait un petit air de
«Jazz sous les Pommiers», comme à Coutances.

La présence de l’excellent Orchestre de Jazz de l’Amirauté qui s’est associée à la troupe de théâtre le temps d’un échange, en présence de Mr le Préfet Maritime ainsi que de Mme la Députée Patricia Adam, donnait à la fête un parfum poétique et surréaliste qu’auraient certainement appréciés Flaubert et Victor Ségalen accompagnés pour la circonstance de ses ambassadrices chinoises.

Il semblerait que depuis les années 1935 aucune troupe de théâtre ne s’était produite dans l’enceinte de l’Hôpital, ces journées du patrimoine renouent donc avec cette tradition d’avant guerre ou musiciens et comédiens apportaient périodiquement un peu de distraction aux personnes hospitalisées. Une renaissance en quelque sorte

L’éphémère petite troupe Brestoise qui s’est produite ce week-end dans les jardins de l’Hôpital Maritime avait pour nom : « Les copains d’abord ». Comme quoi, il suffit parfois de louper le “Coche » pour redécouvrir l’esprit de la camaraderie.

Patrimoine-14-HIA (5)Etrange espèce.

(Crédit vidéo : Bruno Cornen, Antoine Laurent : Jean Marie Philippe,
Joseph de la Martinière : Hervé Ozem, Costumier : Erig le Goff, Texte : Paul Kersaudy)

Précisions sur les lectures de textes, le théâtre, la chorégraphie …

Lecture-Victor-Segalen

Evocation de Victor Segalen- Paul – Jean Paul (Photo Bruno Cornen)

Yaping

Interprétation par Yaping d’un poème en chinois, évocation de l’arbre. (Photo Bruno Cornen)

Yaping-Ren pingJPG

Yaping (gauche) et Ren Ping (droite) qui fera des démonstrations d’arts martiaux sur des lectures de poème de Victor Segalen et de poème chinois.

Malgré le peu de temps de préparation, trois semaines seulement avant ladite date et les moyens du bord que savent si bien gérer les marins, tous étaient prêts en temps et en heure. C’est avec l’oreille attentive de la Direction du Service de Santé des Armées et la complicité de Commissaire Christophe Lemagnent à qui nous avions proposé cette idée originale pour animer les journées du Patrimoine 2014, dans les jardins de l’Hôpital des Armées de Brest, que ce week-end automnal fut un véritable moment de convivialité et d’expérience artistique réussie.
Il est bon de rappeler que la pérennité et l’originalité de cette déambulation poétique appartiennent donc au petit groupe des 6 comédiens dont les noms suivent :
Jean-Marie Philippe, Jean-Paul Goarzin, Hervé Ozem, Yaping, Ren Ping et Paul Kersaudy. Les costumes sont de Erig Le Goff et un remerciement particulier à Bruno Cornen pour les photos et vidéos des séquences théâtralisées.

Pour le lecteur de cette chronique, la précision de l’annonce de cette naissance nous semblait nécessaire, toute autre revendication de paternité ne serait que pure fantaisie …

Patrimoine-14-HIA (15)

Moment de pause et de convivialité

 

 

 

Moncontour, çà vaut le détour

Theatre-CostumeJ’ai choisi aujourd’hui de vous faire découvrir une personne hors du commun, comme on en rencontre hélas trop peu souvent. Un personnage devrais-je dire, tant sa vie semble être à elle seule, un roman. Il est des chemins qui vous mènent parfois à faire de belles découvertes. Rien dans cette balade dominicale ne me prédestinait à une telle rencontre. Mais quelle rencontre.
Car ce n’est pas le long des autoroutes ennuyeuses, parsemées de radars et autres surprises peu poétiques, que l’on peut s’imprégner de cette douce France, immortalisée par Depardon et tant d’autres photographes en recherche d’authenticité, mais bien en se hasardant à pousser les portes d’insolites demeures dans ces beaux villages aux trésors souvent cachés.

Theatre-Costume-1

Le petit théâtre du costume de Moncontour.

Moncontour, vous connaissez ?
C’est un petit village médiéval, situé dans les Côtes d’Armor, au sud de St Brieuc. Lors d’une déambulation dans ce village, mon regard d’amateur de théâtre est de suite attiré par une enseigne : « Théâtre du Costume ».

Presentation

A l’entrée du bâtiment, une biographie étonnante me pousse à en savoir un peu plus. Je pousse timidement la porte et suis littéralement ébloui par l’étonnante profusion de décors, aux formats réduits, dans lesquels sont mis en valeur une multitude de scènes de théâtre et des personnages costumés.

Costumes-1

Carolyne-MorelDerrière une machine à coudre, en action, notre hôte nous accueille d’un large sourire et nous invite à la visite. « Etes-vous bricoleur ? » me demande-t-elle.
D’un âge à présent avancé, ce qui ne retire en rien un regard pétillant et espiègle, Carolyne Morel est de ces personnes qui rayonnent d’enthousiasme lorsqu’elles vous parlent de leur métier. Couturière, elle l’est depuis 1948, date à laquelle elle passa avec succès son C.A.P. Depuis elle ne compte plus les milliers de costumes qu’elle a imaginés, confectionnés, dessinés. Enoncer ici sa biographie serait mal venu, mais elle se fera un plaisir de vous communiquer son CV impressionnant lorsque vous déciderez de lui rendre visite car je suis certain que si vous prenez le temps de lire ces quelques lignes votre prochaine destination de balade sera pour Moncontour. Mains-d'or

Première main chez Christian Dior dans les années 1950, comme elle aime à le rappeler, ses multiples expériences l’ont, au fil des ans, fait progresser dans un métier peu commun, celui de costumière de théâtre, habillant les plus grands noms du théâtre et fréquentant les plus prestigieux établissements artistiques de ce Monde.

Theatre-Costume-6

Animée d’une passion intacte, Carolyne Morel animera, partout où elle est passée, des associations pour, comme elle le dit si bien :
« Transmettre sa passion et son savoir-faire de costumière à la jeune génération et faire découvrir visuellement , à travers le costume, ce que furent les modes de vie et de culture de la France et de l’Europe avant notre siècle.»
N’hésitant pas à nous expliquer quelques uns de ses secrets, comme ici le marquage au fer de velours imprimés, nous nous apercevons très vite que la grande dame a gardé de sa jeunesse, l’enthousiasme nécessaire à la transmission de sa passion.

Theatre-Costume-3Il en sera de même lorsqu’elle nous expliquera la manière dont elle s’y prend pour réaliser ses costumes. Elle commence par faire des sujets à l’échelle qui serviront de composition à ses décors, qu’elle réalise elle-même. Marteaux, scie, collage, peinture, modelage, rien ne l’arrête.
Tous ces décors ont été le produit de son imagination, de ses études et de ses mains.
Le maquettage étant terminé, les costumes des « vrais » acteurs seront donc en suite confectionnés, ce n’est plus qu’une question d’échelle.

Theatre-Costume-5

Toutes les époques, du moyen âge aux périodes plus contemporaines sont ici mises en scène.

Doigts de fée, mais aussi artiste de talent

Theatre-Costume-4Maintes fois reconnue du monde du spectacle, médaillée Européenne, après avoir sillonné l’Europe, l’Amérique, servant les plus prestigieux acteurs, et metteurs en scènes, Carolyne Morel, à 85 printemps, se consacre désormais totalement à faire vivre ce petit théâtre du costume que la ville de Moncontour, dans les Côtes d’Armor, met à sa disposition.
Théâtre dans lequel elle continue de donner vie à ses personnages en les confectionnant elle-même et en complétant ainsi, dans des décors saisissant de réalité, les époques manquant à sa collection poétique.

Carolyne-Morel-2

La machine à coudre n’est pas prête à prendre sa retraite …

Voilà, alors si vous pensez comme moi que Moncontour vaut le détour, n’attendez pas trop longtemps pour rendre une petite visite à la fée Carolyne Morel. Elle se fera un plaisir de vous transmettre ses sublimes secrets.
Mais faites vite, car comme me le disait un jour, un vieil ami américain qui me relançait alors que je tardais à lui rendre visite : « Don’t wait ! »

Une autre page sur ces métiers d’excellence en cliquant sur le lien ci-dessous :
Mains d’Or, doigts de fées …

Fin d’une circumnavigation

Le-dernier-reve-de-Laperouse

Atelier du Théâtre de la Coche

« C’est le moment ou jamais de faire son théâtre soi même. »

 Fidèle à cette idée phare de Jacques Prévert qui pensait que la pratique théâtrale devait être accessible à tous, un collectif de 23 comédiens amateurs, en parfaite autonomie de moyens, s’est constitué pour réaliser une pièce de théâtre intitulée :

 » Le dernier rêve de Lapérouse « 

Si l’on ne devait retenir qu’une seule image de ce travail collectif, ce serait cette dernière photo qui clôtura la dernière représentation, à la Maison du Théâtre de Brest, le 22 septembre 2013.

Merci à tous ceux qui ont soutenu ce projet et permis qu’il vit le jour, ainsi qu’au public chaleureux venu nous encourager lors des représentations.